Air De Glisse  
Aéroglisseur
HISTOIRE TECHNIQUE REGLEMENTATION
L'Association
AIR DE GLISSE CONSTRUISEZ ! FICHES TECHNIQUES DOCUMENTS
Préférences


Utilisateurs en ligne

( personne )
Visites

   visiteurs

   visiteurs en ligne

Poster une réponse

Je vous remercie de prendre le temps d'écrire ce message.

 

Votre nom (ou pseudo) :

Votre e-mail :

Masquer aux visiteurs votre adresse e-mail :      

Note : l'adresse e-mail utilisée est protégée contre le SPAM.

 

Etre avisé par mail d'une réponse :      

Vous répondez à Pierre qui a écrit :


Bonjour Roland,

Votre projet est particulièrement original en effet ! Cool ! J'avoue en revanche ne pas bien comprendre l'intérêt de coupler au moteur à explosion un système dynamo / moteur électrique. RollEyes !

Ce système est utilisé dans le monde ferroviaire (le TGV001 fonctionnait suivant ce principe : des turbines TURMO III entraînant des génératrices alimentant des moteurs électriques), et présente l'avantage de fournir une grande souplesse d'utilisation : la turbine tourne toujours à la même vitesse (élevée), et la variation de vitesse du moteur électrique est gérée par action sur le courant produit par les génératrices. Pour une machine à courant continu, ça se gère très facilement en ajoutant tout simplement des résistances électriques dans le circuit.

Mais tout cela pèse LOURD ! Cry !

Je suis assez surpris que ce procédé soit mis en oeuvre sur un ULM : à mon sens, un simple dispositif mécanique couplé sur le moteur suffirait, la variation de vitesse pouvant être facilement gérée sur un moteur à explosion (à la différence d'une turbine).

Sur un aéroglisseur, c'est encore pire ! La pression au sol doit être la plus faible possible et on l'obtient soit réduisant la masse de l'engin autant que possible, soit en augmentant la surface du coussin.

Pour un aéroglisseur, nous avons des pressions au sol comprises généralement entre 5 et 10 g/cm², rarement plus. Pour obtenir cette pression avec une machine de 450 kg, cela suppose de disposer d'une surface au sol comprise entre 4,5 m² et 9 m²... ça commence à faire, et surtout comment "ranger" cette surface quand l'appareil redevient un ULM ? Et je ne suis pas rentré dans les "détails" mécaniques qui permettraient de transformer l'ULM en aéroglisseur... Frown !

Votre projet me semble donc assez peu réaliste, au moins en partant de cette base.

En revanche, il faut quand même préciser que des projets approchant ont existé. L'idée était à l'époque de proposer pour les avions des systèmes d'atterrissage "tout terrain".

En France, il a existé (sur le papier tout du moins) le projet "Cygne" de la société Bertin et Cie, et aux Etats Unis, il a existé également un projet (celui dont parle Pascal) qui est allé lui jusqu'au stade du prototype. On en voit effectivement des images dans un épisode d'une série d'émissions diffusées sur Planète (ou Discovery Channel) et qui s'appelait "Les Ailes du Délire".

Pierre.


Votre réponse :

texte en gras  texte en italique  texte souligné  texte préformaté  couleur du texte  texte centré  insérer un lien  défaire  refaire  Cite 
|:-) ;-) :-)) :-) :-o :o) :-(( :-( 8-) :-p ;-(  Help


1 [+] 9 [=]


 
Écrivez-nous !
Recherche




Agenda

Petites Annonces

PetitesAnnonces.gif

Accéder aux petites annonces

PhpMyVisites
^ Haut ^

  Site créé avec GuppY v4.5.14 © 2004-2005 - Licence Libre CeCILL