Air De Glisse  
forum.gifForums - De tout, de rien - Sujet n°208

  


Membre en ligne : ( personne )

 Michel Peissel


 

Index du Forum  >>  De tout, de rien  
AuteurSujet

pascall

[ Admin ]

Anonyme





  Sujet n°208  -  posté le 10/10/2011 @ 18:21
Nous pourrions revenir sur l'absence de traitement médiatique du départ de Michel Peissel.

Dernier Grand Explorateur sur XXeme siècle, la passion l'animait, bien loin des préoccupations mercantile et réglementaire qui dirige, au profit d'une caste, notre monde actuellement.

INA.fr a récemment mis en visualisation un magnifique documentaire réalisé par Michel peissel et FR3-Toulouse en 1977.

Je vous laisse savouré, attention là c'est du sérieux !!! :







Voici, les mots de la dédicace de Michel Peissel sur mon livre 'le grand passage de l'himalaya'
"Le plus important c'est l'enthousiasme"

Ok Michel, message reçu wink


PAscall


AuteursRéponses

oliv973
rank
[ Membre ]

Anonyme

14 messages



  Réponse n°6  -  postée le 14/10/2011 @ 11:25 Haut
je sais qui c'est...!
est-ce qu'on pourrait utiliser un raft equipe d'une jupe?

A+

pascall

[ Admin ]

Anonyme





  Réponse n°7  -  postée le 14/10/2011 @ 15:24 Haut
bonjour,

Sujet passionnant que ces "inflatable hovercraft"




Pour le Raft il faudrait qu'il soit assez large.

Mais comme le système des Russes avec les deux boudins et une structure en aluminium,
il ne faut pas oublier de garder la souplesse, pour bénéficier de l'effet rebondisseur ou se déformant , du coussin d'air et du boudin sous pression.

@+
Pascall

PS: j'ai vu une video du PSL-003 franchir de face une digue sur la Loire (pente de 30°,hauteur 1m20 !!) il n'y a aucune machine actuellement qui est capable d'un tel exploit.

ryder_35
rank
[ Membre ]

Anonyme

330 messages



  Réponse n°8  -  postée le 15/10/2011 @ 08:01 Haut
Ca ressemble étrangement au PSL cet aéro sur la vidéo ??

Même forme de boudin gonflé, jupe soufflée, coque souple...

pascall

[ Admin ]

Anonyme





  Réponse n°9  -  postée le 04/11/2011 @ 13:05 Haut
Michel Peissel, avait également été le lanceur d'un jouet sur coussin d'air crée par Airfix en Angleterre.
Le jouet avait été présenté a l'occasion de Noël dans un grand magasin de Londres.


Photobucket Image Hosting






super-hovercraft.jpg

Pascall
[ Invité ]

Anonyme

  Réponse n°10  -  postée le 12/11/2011 @ 09:30 Haut
La presse britannique rend hommage à notre grand explorateur Français.



La traduction par le service google-translate :
Michel Peissel
Michel Peissel, qui est mort à Paris âgé de 74 ans, était un aventurier hors pair dans l'Himalaya, où il a été parmi les premiers occidentaux à explorer la culture du «royaume minute" du Mustang et une fois parcouru pour 1200 miles à travers les sommets par des aéroglisseurs.

Entre 1959 et 2000, il entreprit des voyages 37 majeur pour la région - traversant plus de 12.000 miles à pied et à cheval, écrit plus de 20 livres, et de faire 22 films documentaires, dont une série en quatre parties, Zanskar, le dernier endroit sur terre ( 1980), pour la BBC.
Parlant couramment plusieurs langues, y compris les Tibétains, il a souvent dû se battre avec les Indiens, les Chinois et les bureaucrates du Népal afin de traverser les frontières contestées, parfois déguisé. Il fut deux fois banni de l'Inde et à l'occasion déclaré persona non grata par la Chine et le Népal.
Michel Georges François Peissel est né à Paris le 11 Février 1937. Le fils d'un diplomate français, dont les aptitudes à la négociation qu'il a appris à utiliser avec beaucoup d'effet, il a été élevé en Angleterre après son père est muté à Londres, et a appris l'anglais avant le français.
Il a étudié à l'Université d'Oxford et de Harvard Business School, mais bientôt abandonné des deux. Par la suite, cependant, il était d'utiliser sa connaissance des régions de l'Himalaya afin d'obtenir un doctorat en anthropologie de la Sorbonne, avec une thèse sur la société tibétaine.
En 1954, 18 ans, il était fasciné par le Tibet après la lecture de Fosco Maraini Secret Tibet. Il a commencé à apprendre la grammaire Sir Charles Bell de familier tibétain et aspirait à visiter et voir si, comme le livre de grammaire a déclaré: "Tous les moines sont paresseux". Mais le Tibet a été bouclée aux étrangers suivants annexion de la Chine du pays en 1950, donc il se tourna ses pensées vers une éventuelle carrière dans l'économie.
En 1958, il a décidé de prendre une «pause de printemps» au Mexique. Bientôt, il voyageait seul dans un bateau indigène le long de la côte orientale du Yucatan, avant, en 42 jours, Marche 200 miles en sandales au Belize, un voyage au cours duquel il a trouvé 14 sites archéologiques mayas inconnus. L'expédition a changé sa vie: l'économie a été remplacé par l'exploration que sa principale préoccupation, et il a écrit son premier livre, Le Monde perdu de Quintana-Roo (1963). Bien vite se concentrer sur l'Himalaya, il a poursuivi ses intérêts en Amérique centrale, en revenant plusieurs fois.
En 1959, il partit pour le Sikkim, d'où il espérait obtenir la permission d'entrer dans le royaume himalayen indépendant du Bhoutan. En l'occurrence, il a été refusé d'entrée jusqu'en 1969. En conséquence, il a dû se contenter d'étudier le peuple sherpa au Solu Khumbu, au sud de l'Everest. Ils ont fait l'objet de son deuxième livre, Tiger pour le petit déjeuner (1966).
Sa curiosité a été réveillé quand il a entendu parler d'un «royaume minute" peu connu et à distance - Mustang, une minuscule enclave du Népal sur le plateau tibétain, qui avait très peu d'étrangers jamais pénétré. Vêtu d'un manteau en peau de mouton tibétain et en maintenant en mesure de parler du Tibet, il ya parcouru, reste - avec son Karmay Soko traducteur - pendant plusieurs mois à l'été 1964.
Il fut le premier Occidental à enregistrer sa culture et son histoire, en prenant des notes qui ont été la base de sa thèse à la Sorbonne et écrit une histoire de couverture pour le National Geographic. Son troisième livre, Mustang, un royaume oublié du Tibet (1967), a remporté plusieurs récompenses et est devenu un best-seller, lui assurant une réputation et les finances pour soutenir les aventures ultérieures de sa vie. Il a de nouveau visité Mustang en 1966 et 1967.
En 1969, il a finalement été autorisés à traverser le Bhoutan d'ouest en est, l'enregistrement de son expérience dans Seigneurs et Lamas, une expédition solitaire à travers le royaume secret himalayen du Bhoutan (1970).
En 1972, en tant que spin-off de son voyage au Mustang, Peissel publié Cavaliers du Kham - La guerre secrète au Tibet, qui ai eu de sérieux ennuis avec les Américains, les Népalais et les Chinois - qui lui a interdit de se rendre en Chine pour les ans. C'est parce que le livre a été le premier à décrire en détail la guerre de guérilla amère qui avait été battu pendant 20 ans contre les communistes chinois par les Khampas, une tribu décrit comme «cavaliers sauvages et habitués à vivre par les butins».
Les rebelles étaient soutenus Khampa au cours des années 1950 par la Chine nationaliste (de Taiwan), la CIA, l'Inde et même l'URSS. Ils attaquent souvent rouge chinoise messages Armée militaires et convois de l'armée lourdement blindé, à pied ou à cheval, en utilisant uniquement des fusils simples. «Pour les Tibétains", a rappelé Peissel, "J'ai été un héros parce que j'ai parlé jusqu'à de leur sort à un moment dans les années 1970 où personne ne faisait ça." (En fait, le Daily Telegraph journaliste George Patterson, un ancien missionnaire, avait filmé et signalé le conflit dans les années 1950, mais n'avait guère cru).
Peu de temps après Mustang a été interdit à tous les étrangers pour les 25 prochaines années en raison de "sensibilité politique", et en 1974 les Khampas, ayant été demandé par le Dalaï Lama à cesser les combats, ont été éliminés par les forces népalaises, se prosterner à la pression politique chinoise.
En 1972 Peissel a également fait une expédition (avec Michael Alexander et Bob Cordukes) jusqu'à 1,200 miles de la rivière Kali Gandaki au Népal, jusqu'à alors considéré comme non navigable. L'équipe a utilisé un aéroglisseur minuscules pour passer sections, y compris une gorge qui coule entre les pics de 26 000 pi de l'Annapurna et du Dhaulagiri, les aventures décrites dans Peissel de l'Himalaya grand passage: à travers l'Himalaya par des aéroglisseurs (1974). Le trio a prétendu avoir été le premier sport de "tir des rapides».
Dans la fin des années 1970 Peissel a tourné son attention vers d'autres «royaumes mineurs" du Tibet, à savoir Ladakh et le Zanskar, où il a effectué quatre visites dès que le gouvernement indien autorisé les étrangers à visiter. Les deux royaumes stand à plus de 13.000 pieds au Jammu et Cachemire, et Peissel a été autorisé à entrer dans les monastères bouddhistes anciens, d'examiner les objets et assister à des cérémonies élaborées, plus tard, la publication du Zanskar: Le Royaume Caché (1979).
Il a continué à errer. En 1980, il s'est rendu à la source du Gange et de la prochaine année étudiée le peuple Minaro du Haut Indus, l'enregistrement d'un vocabulaire étendu de Shina archaïque. Là, il a été intrigué à la rencontre long nez, au teint clair des gens qui ressemblaient à des Européens.
Ceux-ci, il a appris, sont considérés par certains comme descendant des troupes d'Alexandre le Grand. Certains Occidentaux pensent les Aryens ethniques, et leur faire savoir que Dards, le nom utilisé par Hérodote pour désigner les habitants d'une région de «l'or de creusement des fourmis". Ces «fourmis», fait valoir Peissel, étaient fouisseurs marmottes, qui a vomi aurifères sable.
En 1982, poursuivant ses recherches sur ce sujet, il a franchi la ligne indo-pakistanaise cessez-le dans le déguisement - avoir teint ses cheveux et la peau avec du jus de noix (à sa demande pour entrer dans la zone ayant été rejeté). Par la suite, il a publié d'or des fourmis (1984), plus tard, poursuit ses recherches pour suggérer que le plateau Dansar au Baltistan a été la véritable origine du récit d'Hérodote est.
Il a suivi avec un voyage d'hiver autour du Mont Minya Konka dans le Kham, Tibet oriental (24 900 m de haut, et d'abord grimpé en 1932 par un style alpin américaine expédition léger), et en 1986, pénétré humide, tropicale au sud-est du Tibet autour Pemako et parcouru la région de pèlerinage de Tsari le long de la grande boucle du fleuve Brahmapoutre. Il était l'un des premiers visiteurs occidentaux à l'ensemble de ces destinations. Ensuite, il traqué, entre 1992 et 1994, dans les vallées tibétaines extrêmement isolés minuscules, les races anciennes de petits chevaux connue sous le nom Nangchen et le Riwoche, qui ressemblaient à des bêtes primitives représenté dans les peintures rupestres antiques.
Mais son grand voyage en 1994 l'ont emmené, avec d'autres, le long d'un itinéraire peu fréquenté et difficile à la source historique de la rivière Mékong, où il atteint en suivant une branche du Mékong Noire. Les Barbares dernier - la découverte de la source du Mékong au Tibet (1997) a été le résultat, bien que la technologie satellite se révéla plus tard que la branche Blanc Mékong est de 2,6 miles plus.
En 1997 Peissel allé à Guge dans le Tibet occidental, à la recherche de sites rupestres et des routes du sel, et un an plus tard, il était sur le plateau de tournage de l'ours Changthang Ouest du Tibet, le mouton bleu et le yack sauvage, il a de nouveau franchi le plateau en 1999 pour filmer plus d'animaux sauvages et d'étudier les nomades Sengo. Son dernier voyage au Tibet a été faite en 2000, à Amdo ainsi que pour les tours spectaculaires pierres sèches 160ft-haute de Pasang Kongpo, dont certains ont survécu à 700 ans dans une zone sismique active.
Tout au long, Peissel avait continué à poursuivre son intérêt pour les bateaux. En 1987, avec les archéologues mexicains, il a construit un canoë de mer ancienne pirogue maya de style et a voyagé pour la seconde fois le long de la côte du Yucatan au Belize, au 10ème siècle reproduisant les routes commerciales maya. L'année suivante, il a fabriqué une réplique de chaloupe de Viking et, avec un équipage de six personnes, navigué jusqu'à la Dvina et le bas du fleuve Dniepr, de la Baltique à la mer Noire, un de 53 jours, 1 500-mile chemin recréant celle des Varègues scandinaves , un groupe d'entre eux, la Rus («les hommes qui rament"), fondé «la terre de la Rus» et la monarchie russe.
Dans un de ses derniers livres, le Tibet, le continent secret (2003), Peissel distillé l'expérience qu'il avait acquise de ses nombreuses aventures asiatiques, en décrivant à haute altitude la flore et la faune, l'histoire des Tibétains de l'âge de pierre à l'âge d'or du bouddhisme tibétain et de la hausse des Dalaï Lamas; les aspects spirituels de la vie quotidienne, et l'exploration du Tibet à partir des premiers missionnaires portugais à l'invasion militaire 1904 de l'anglais et l'annexion militaire de 1950 par la Chine.
Il a également raconté la destruction de la civilisation tibétaine pendant la Révolution culturelle, ainsi que la récente reconstruction de monastères et de détente relative de la Chine sur les pratiques religieuses et culturelles du Tibet.
Michel Peissel a été un Fellow de la Royal Geographical Society et membre du Club des Explorateurs de New York.
Il a été marié trois fois. Il épousa en premières noces Marie-Claire de Montaignac, avec qui il eut deux fils, deuxièmement, Mildred «Missy» Allen, avec qui il a eu un fils et une fille, et troisièmement, Roselyn LeBris, avec lesquels il avait un autre fils.
Michel Peissel, né en Février 11 1937, est décédé Octobre 2011 7

Début Précédent [ 1 2 3 4 5 6 7 ] Suivant Fin


OpenForum V.phpBB pour GuppY v4.5 par OpenGuppY
^ Haut ^

  Site créé avec GuppY v4.5.14 © 2004-2005 - Licence Libre CeCILL